Faune et flore

Faune et flore de l’Atlas

La grande diversité géographique, géologique et climatique de l’Atlas (avec ces trois constituant, le haut Atlas, le moyen Atlas et l’anti-Atlas) a donné lieu une grande variété Floristique et à une avifaune importante.

Faune

Les mammifères les plus courants sont, chacal, renard roux, porc-épic, genette. Sangliers, mouflon à manchette, singe magot et écureuil de barbarie.

On trouve de nombreux rapaces dont des rares, tel que gypaète barbu, Vautour percnoptère, Buse féroce, l’aigle royal, Aigle de Bonneli, Circaète, Epervier, Faucon lanier, Faucon de barbarie, Cincle plongeur, monticole bleu, monticole des rochet, traquet de Seebohm, le Roslin de l’Atlas et d’autre espèces de passereaux et oiseaux d’eau.

Parmi les reptiles on trouve surtout quelques sortes de Couleuvres, Vipères, Cobra d’Afrique, Agame de biberon, Uromastix, Varon et d’autres espèces de lézards, en plus d’une grande diversité d’insectes, de Coléoptère et de Papions.

Flore

La végétation est principalement constitué de :

Cèdre de l’Atlas, Genévrier thurifère, Genévrier rouge et oxycèdre, Chênes vert, Chênes à liège et Chênes zenn, Doum (palmier nain), Thuya, Caroubier, Olivier sauvage, Pistachier, Lentisque, Laurier–rose. Lavandes, Coussinets épineux, Alysson, Buplèvres, Euphorbe à résine, Lavandes, cistes et genêts.

Flore des milieux arides

 

Discrètes mais omniprésentes, les plantes sahariennes sont partout : au pied des dunes, sous les roches, dans les crevasses des falaises, dans les regs et au Creus des Oued asséchés.

Randonnée dont le but est l’exploration de la vie des milieux arides, l’identification des plantes du désert, comprendre comment elles s’adaptent à l’hostilité du milieu, et quelles sont leurs éventuelles utilisations alimentaire ou médicinale.

Observer sans trop déranger les animaux diurnes du Sahara, et identifier les nocturnes, grasse aux traces laissées le matin sur le sable et sous les buissons.

Écosystèmes des oasis

Randonnée d’aspect culturel dans les Oasis et palmeraies du Draa, au milieu du sérieux contraste entre la verdure et la vie dans les palmeraies d’une part et la nudité et l’hostilité des immensité désertiques d’autre part, et là ou les Hommes garantissent la vie et la continuité de leurs Oasis grasse à la maîtrise ancestrale de l’eau et des techniques de son exploitation et de son partage (Saguia, Tabia Khouttara …)

 

Le palmier dattier constitue le pilier de l’équilibre de l’écosystème des oasis.. Il fournit en plus des dattes, des matériaux destinés à l’artisanat et à la construction .De plus, il joue un rôle d’écran en protégeant les oasis des influences désertiques et crée un microclimat favorable au développement des cultures sous-jacentes (Luzerne, Henna, orge, blé et légumes). La fleuraison commence en Mars sur des dattiers d’au moins 5 ans, Les fruits apparaissent sur les sujets femelles dés août. La pollinisation se fait manuellement. Et la récolte s’étale de septembre à décembre selon les variétés et de la maturité des dattes.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*